L’altération des fonctions exécutives dans le TDA/H : le modèle de Brown (2001)

L’altération des fonctions exécutives dans le TDA/H : le modèle de Brown (2001)

Le TDAH est un syndrome d’altération des fonctions exécutives.

Les fonctions exécutives sont les capacités cérébrales permettant de reconnaître les tâches à accomplir, d’être motivé de façon adéquate, de planifier et d’organiser la manière de les exécuter, d’initier les diverses composantes de la tâche sans délai excessif et de maintenir l’effort et les actions nécessaires pour l’achever.

Ces fonctions ne sont pas des fonctions unitaires distinctes. Elles opèrent en interaction dynamique, la plupart du temps de manière automatique (par exemple, lorsque nous conduisons une voiture).

Pour de nombreuses personnes ayant un TDAH, les fonctions exécutives présentent un retard significatif de développement. Elles ne sont pas matures. Parfois ce retard est rattrapé avec le temps, parfois il persiste.

Ces altérations des fonctions exécutives sont des caractéristiques du TDAH, et non pas les causes de ce trouble.

Activation : organisation, priorisation et initiation d’une tâche

Difficultés à :

  • Organiser ses affaires (bureau et espace de vie, vêtements et fournitures du quotidien).
  • Organiser et tenir à jour ses factures, sa correspondance et ses dossiers financiers.
  • Organiser son temps et son travail et établir des priorités, un ordre dans lequel accomplir ses tâches (toutes les tâches semblent avoir la même importance).
  • Se motiver pour débuter de nombreuses tâches à moins que la tâche ne soit particulièrement intéressante, urgente ou que les conséquences imminentes ne soient très désagréables.

Concentration : focalisation, maintien de l’attention sur les tâches et déplacement de l’attention au besoin

Difficultés à :

  • Se concentrer et maintenir son attention sur une tâche spécifique (l’esprit s’égare fréquemment quand elles écrivent, lisent, discutent, suivent un cours ou une réunion).
  • Séparer le signal sur lequel elles essaient de se concentrer du «bruit» mental qui l’accompagne (c’est comme si elles avaient cinq chaînes de télévision diffusées en même temps dans la tête).

Effort : régulation de la vigilance, maintien de l’effort et ajustement de la vitesse de traitement

Difficultés à :

  • Réguler son sommeil et sa vigilance.
  • Aller se coucher (elles attendent d’être épuisées pour aller au lit car sinon elles continuent à penser à plein de choses).
  • Se réveiller (une fois endormie, elles dorment d’un sommeil de plomb et ont du mal à réagir au réveil, ce qui provoque des retards et des absences).
  • Rester éveillées et vigilantes quand elles doivent être assises sans bouger pendant longtemps (somnolence).
  • Maintenir l’effort sur des projets à long terme (préférence pour les tâches réalisables en une seule traite).
  • Ajuster la vitesse de traitement de l’information (lenteur pour organiser ses idées, rédiger, prendre des notes adéquates, retranscrire des points importants en les différenciant des points accessoires).

Émotion : gestion de la frustration et modulation des émotions

Difficultés à :

  • Gérer ses réactions émotionnelles impulsives suite à une frustration.
  • Gérer sa colère et sa déception.
  • Gérer son inquiétude.
  • Gérer son désir et son envie (elles font tout pour obtenir ce qu’elles veulent immédiatement, peu importe le prix et les conséquences pour elles ou les autres).
  • Gérer les pensées envahissantes liées aux émotions ressenties (difficulté à mettre l’émotion en perspective dans leur esprit et à passer à autre chose).

Mémoire : utilisation de la mémoire de travail et accès à la mémoire de rappel

Difficultés à :

  • Se rappeler quelque chose qui s’est passé il y a quelques minutes.
  • Garder une chose à l’esprit pendant qu’elles font autre chose (retenir un numéro de téléphone, se souvenir de ce qu’elles sont venues chercher dans une pièce).
  • Se souvenir de ce qu’elles sont en train de lire, surtout si ce qu’elles lisent n’est pas particulièrement intéressant pour elles.
  • Se rappeler au moment voulu d’une information recherchée (elles peuvent ne pas se souvenir de leurs cours le jour de l’examen mais s’en rappeler quelques jours plus tard).

Action : monitorage et autorégulation de l’action

Difficultés à :

  • Réguler son niveau d’activité général (c’est comme si elles n’avaient que deux vitesses : à plein régime ou endormie, sans graduation entre les deux).
  • Réguler son activité verbale (parole surabondante, trop rapide, parfois impolie ou intrusive, sévère, blessante ou provocatrice, avec peu de filtre ; elles éprouvent des difficultés à s’arrêter de parler, interrompent les autres, monopolisent la conversation, ont l’impression que leur parole est toujours plus importante que celle des autres).
  • Réguler son activité physique (activité physique effrénée ; elles ne cessent de remuer ou de manipuler des objets).
  • Penser et tenir compte des conséquences potentielles de ses actions (comportements, paroles et achats impulsifs).
  • Conduire prudemment (conduite trop rapide et impatiente).
  • Considérer le contexte ou la situation dans son ensemble (elles agissent en fonction d’un sentiment ou d’un penchant fulgurant surgissant dans l’instant).
  • Considérer ses engagements à moyen et long terme.

Pour aller plus loin

Source

BROWN T.E., Trouble déficit de l’attention-hyperactivité chez l’enfant et l’adulte, Elsevier, 2019.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *